• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une nouvelle vie à Toronto

Une nouvelle vie à Toronto - Lilly Mitchell

Anéantie, je refermais la porte du bureau du directeur, puis m’y appuyai pendant une minute pour ne pas m’évanouir. Mon sang n’avait fait qu’un tour quand il m’avait annoncé que j’allais être transférée à Toronto, à plus de cinq cent kilomètres de ma ville natale. Jamais encore, je n’avais, ne serait-ce qu’envisagé de quitter Montréal. Bien sûr, ils m’avaient laissé le choix d’accepter ou de refuser, mais ils m’avaient bien fait comprendre que la société comptait sur moi. Mes collègues étant tous déjà casés. Pour eux, une mutation aurait occasionné des changements considérables dans leur vie, alors que moi, j’étais célibataire et sans attaches. J’étais totalement perdue. Trois jours, c’était le mince délai qu’ils m’avaient accordé pour réfléchir à la proposition, et si j’acceptais, mon départ serait organisé pour le mois suivant. Comment trois jours pouvaient suffire, alors que ce que l’on me demandait, c’était de renoncer à un univers que je connaissais bien et que j’adorais ?

En route vers l’inconnu

Atterrir dans une ville totalement inconnue, devoir tout recommencer, c’est ce qui m’attendait. Prenant cependant mon courage à deux mains, je décidais malgré tout, d’accepter l’offre. J’allais pour une fois, être courageuse et prendre des risques. Je fis donc, un mois plus tard, mes adieux à mes collègues et à mes amis. Par chance, mes parents avaient décidé de m’accompagner, afin de m’aider à m’installer pendant le week-end, la prise de poste étant prévue le lundi suivant. Quand ils partirent le dimanche soir, une immense solitude m’envahit alors. C’était là qu’était ma vie dorénavant, et j’eus du mal à m’endormir en pensant à ce qui m’attendait le lendemain.

Premier jour au bureau

Tremblante, j’avançais dans la pièce, plus que consciente de tous ces regards posés sur moi. Bien heureusement, j’avais eu le bon réflexe de soigner mon apparence ce jour-là, et avais réussi à maîtriser mon épaisse tignasse brune, habituellement indomptable. Bref, je me sentais assez jolie. Mais il fallait surtout que je me montre à la hauteur. Je n’avais aucune inquiétude quant à mes compétences, ce que je redoutais par contre, c’était la façon dont j’allais pouvoir m’intégrer. Un peu réservée, j’attendais en général que ce soient les autres qui fassent le premier pas vers moi, mais dès que la glace était brisée, je devenais immédiatement à l’aise. En réponse à mes prières, tout le monde se montra très gentil, et dès la première journée, je réussis à me faire une amie. C’était une jeune femme blonde qui avait le même âge que moi, et qui avait déjà tourné dans une publicité télévisée pour un traitement des varices. Elle était belle et intelligente, drôle aussi, et elle devint ma meilleure amie.

 

The author:

author

Petite brunette. Cool et peu maboule. Un tantinet artiste un peu égoïste. Fillette coquette. Mouton noir style braillard. Papillon en chanson. Avez-vous le goût de me prendre le pouls ? En tous les cas, je vous livrerai tout ça, et cetera ! Au plaisir de se choisir…